Les barrages algériens rendent malades et tuent par milliers

eau du robinet

Nous avons trouver sur la page Facebook de Rachid Nekaz: L’entretien des barrages algériens et la prévention contre leur forte pollution sont presqu’inexistants.

Ainsi, à cause de l’absence d’entretien et de prévention contre la pollution « en métaux lourds » notamment, de plus en plus d’Algériens qui boient l’eau des barrages deviennent malades avec un taux de mortalité plus important que la moyenne nationale.

Les 84 barrages du pays ont des réserves en eau de 9 milliards de m3. A titre de comparaison, la nappe phréatique dans le sous-sol algérien (In Salah, etc…) est de 40 000 milliards de m3.

Pourtant, des études universitaires ont été faites en Algérie pour donner l’alerte.

L’ANRH (Agence Nationale des Ressources Hydrauliques) fait régulièrement des études et informe les autorités.

Ainsi, le barrage d’Ain Zada (Oued Boussellam) qui alimente en eau 2 millions d’Algériens (Setif, Bordj-Bou-Arreridj, El Eulma) est un exemple parmi d’autres.

Ce barrage a une forte pollution en  » métaux lourds » qui est due :

1) aux rejets urbains (produits chimiques) des zones industrielles de Setif, d’Ain Oulmene, etc.

2) aux rejets domestiques de la population (dissolvants, produits de nettoyage etc.) et

3) aux rejets agricoles (utilisation intensive des engrais).

Barrage

Barrage

Voici l’excellente étude (2011) de l’université d’Annaba sur le barrage d’Ain Zada :
http://biblio.univ-annaba.dz/…/2014/05/MEBARKIA-Abd-El-Hafi…

Les solutions (recommandations) proposées sont à la page 210 de l’étude.

Cette pollution entraîne une augmentation des maladies (tumeurs, cancers) et la mort prématurée de nombreux Algériens qui meurent de plus en plus en plus jeunes.

Malgré les dangers de cette pollution constante des barrages algériens dans leur ensemble, les autorités politiques algériennes ne réagissent pas, car  » trop occupées à gérer leurs problèmes personnels » et non ceux du pays.

L’inaction de certaines autorités politiques d’Alger est donc CRIMINELLE.

Que ce soient les dangers de pollution des barrages ou les dangers de l’exploitation du gaz de schiste à In Salah, les autorités algériennes en sont totalement inconscientes et irresponsables.

Mais qui en Algérie partage le souci de préserver l’environnement et la santé publique des 40 millions d’Algériens ?
—-
Signez ici pour le Changement SVP :
http://nekkaz-mjc.com/?page_id=211900

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire