Domaine public (propriété intellectuelle)

En droit de la propriété intellectuelle le domaine public désigne l’ensemble des œuvres de l’esprit et des connaissances dont l’usage n’est pas ou n’est plus restreint par la loi.

Domaine public (propriété intellectuelle) — Wikipédia

Cela peut être par exemple :

un savoir sur lequel aucun monopole n’est accordé, comme une formule mathématique ;
une œuvre de l’esprit qui n’est pas protégée par le droit d’auteur, comme le discours d’un parlementaire ;
une œuvre de l’esprit qui n’est plus protégée par le droit d’auteur, après expiration ;
un brevet qui a expiré.
Dans les deux derniers cas le vocabulaire juridique parle alors d’entrée dans le domaine public, l’expression « tomber dans le domaine public » étant couramment employée.

Domaine public

L’entrée dans le domaine public ne correspond pas à une réalité uniforme dans le monde. Le copyright et le droit d’auteur notamment varient d’un pays à l’autre. Ainsi, au Canada une œuvre entre dans le domaine public 50 ans après la mort de tous ses auteurs, alors qu’en France cette durée a été étendue à 70 ans après la mort des auteurs.

L’entrée dans le domaine public ne signifie pas non plus que plus aucune restriction n’existe sur l’œuvre. Pour une photographie de modèle, la personne sur la photo dispose toujours de son droit à l’image, même si l’image est entrée dans le domaine public. Dans les pays où s’appliquent le droit d’auteur, les auteurs et leurs héritiers conservent indéfiniment leur droit moral. Dans ce cadre, les œuvres n’entrent dans le domaine public que lorsque les droits de chaque auteur sont épuisés.

Dans les pays de copyright, comme les États-Unis d’Amérique, il est possible pour l’auteur de renoncer totalement à ses droits1. Dans les pays qui appliquent le droit d’auteur, comme la France, certains droits demeurent, même lorsque l’œuvre est dans le domaine public, le droit moral ne pouvant faire l’objet d’une renonciation. Certaines licences, telle la licence CC0, tentent de se rapprocher le plus possible du domaine public, en permettant de renoncer à autant de droits que le permet la loi.

Le domaine public fédère de nombreuses activités économiques, basées notamment sur l’exploitation des œuvres de l’esprit ou des connaissances2. C’est le cas par exemple des éditions de créations littéraires anciennes ou des médicaments génériques (dont le brevet est venu à échéance).

Suivre, lire la suite et participer sur Wikipedia

Vous aimerez aussi...

Laisser un commentaire